publicité

Ski alpinisme dans les Hautes-Pyrénées : Plus de Derby 3000 à Gavarnie

gavarnie

Le verdict nous est parvenu hier en fin d’après-midi, même si nous nous attendions à cette décision depuis plusieurs semaines. Le club Amitié et Nature Tarbes n’organisera pas de course de ski alpinisme cette année et l’open international ou toutes autres compétitions internationales ne se feront très probablement plus à Gavarnie. Coup dur pour la station Toy qui cherche à repartir sur un bon pied. Les motifs de cette décisions sont au nombre de trois.

Problèmes de financement
La dernière coupe du monde a coûté cher au club et les retours de financement n’ont pas été là. Il a fallu mettre « beaucoup de fonds propres. On ne peut plus se permettre de tourner avec de l’argent propre au risque de mettre en difficulté la santé financière du club » nous disent les dirigeants. Et le club, ce n’est pas que la compétition de ski alpinisme. C’est aussi de l’escalade avec une véritable école de sport qui a su former des champions de France. C’est aussi du loisir avec de la randonnée, de la descente de canyon, de la raquette…

Gavarnie trop étroit
Si durant les premières années il était encore possible d’aller au cœur du Parc, les contraintes imposées aujourd’hui sont telles qu’on « se sent à l’étroit, limité en espace avec le Parc National des Pyrénées ». Selon les organisateurs : « Les exigences dans les zones d’évolution desquelles on ne peut pas sortir ne nous permettent plus de proposer des circuits attractifs de niveau international ». Et ils nous précisent : « nous avons fait le tour du domaine, il n’y a plus rien à découvrir, on ne se fait plus plaisir ». Sujet sur lequel nous reviendrons dans de prochains articles.

Un bassin de compétition réduit
« Le bassin de compétition sur les Pyrénées s’est réduit considérablement en 10 ans ». L’absence de politique dynamique de la part de la FFME sur l’ensemble de la France conduit à une réduction des pratiquants autant que du nombre de compétitions proposées. La FFME n’a plus de politique de développement sportif sérieux dans cette discipline et les Pyrénées s’en ressentent. Par ailleurs « la mobilisation des personnels est très lourde pour un standard international qui est différent d’un standard régional ». Or le Derby 3000 Gavarnie avait opté ces dernières années pour un standard international de type ISMF nécessitant parfois plus de bénévoles que de coureurs. Et pour cela, il faut mobiliser loin des bases des bénévoles et cela coûte cher.

On sent chez les organisateurs, une profonde tristesse de devoir abandonner Gavarnie. Certains y avaient leurs habitudes. Des liens s’étaient créés. Mais la raison est là s’il faut rebondir sur autre chose pour durer. Car rebondissement il y a…

Il y a bien des projets…. Mondiaux !
2013 sera une année sabbatique. Pas de compétition. Il faut renflouer les caisses, penser à autre chose et rechercher les financements et les moyens matériels car « tant qu’à faire quelque chose, faisons un gros coup » nous dit un des dirigeants du club Amitié et Nature. Et la décision est prise : ce sera au Grand Tourmalet et Pic du Midi depuis La Mongie. « A partir du moment où il y a volonté de faire quelque chose de grand, le Grand Tourmalet et le Pic du Midi s’imposent. Et il y a à la direction de la station et du Pic des gens qui ont cette volonté ». Et de poursuivre…. « Les contacts sont déjà pris. Il y a eu une réunion avec Daniel Soucaze des Soucaze, Directeur du Pic du Midi et Henri Mauhourat, directeur du Grand Tourmalet mais aussi avec l’association des commerçants de La Mongie qui s’implique ». Et pour ne pas se gêner entre organisateurs au sommet du Pic, « les organisateurs de l’Altitoy ont été informés ». Ces contacts ne sont pas pour une petite course : « Comme le souhaite la fédération internationale (ISMF) dans son règlement, c’est un engagement pour trois années consécutives d’organiser une épreuve de la Coupe du Monde pour s’assurer un calendrier. Première compétition en 2014. Nous avons déjà imaginé et repéré des itinéraires possibles incluant tous le Pic du Midi mais aussi un passage au col du Tourmalet qui reste un col mythique». Une compétition qui peut donner une dimension mondiale au Grand Tourmalet et au Pic du Midi. Il faudra donc plus d’un an pour repartir avec cette nouvelle ambition difficile à imaginer à Gavarnie. Comme nous le précise le probable futur directeur de course : « On veut être sûr des moyens si non on ne fait rien ».

Voilà qui est clair et qui ouvre sans doute une porte à…. 2018 : des championnats du Monde comme nous en avons vu à GrandValira en Andorre sur une semaine. Le Grand Tourmalet offre cette possibilité en termes de terrain et de moyens d’évolution pour toutes les disciplines.

Article: Louis Dollo