Outdoor Academy of Scandinavia (2/2) – Test matos

Après une présentation du concept et du lieu de l’AOS (voir ici la news SRM, voici maintenant une assez longue revue du matériel testé.

Le matériel conçu en Scandinavia, c’est pas de la camelote. Vous me direz que vu le prix, il est normal de s’attendre à de la très bonne qualité. Et vous n’avez pas tort car ces marques se paient souvent le prix cher.
Dans cette partie « matériel », je vais principalement évoquer 3 marques que nous avons testées sous des conditions climatiques très peu clémentes (pluie soutenue, vent, fraicheur due au vent en crête):

  • HESTRA (marque suédoise) qui fabriquent des gants,
  • BERGANS of Norway qui fabriquent des vêtements et accessoires de montagne,
  • DEVOLD, la marque d’Ålesund spécialisée dans les vêtement en laine Merinos.

P1050422_.JPGQue de beaux matos à essayer: étalage ici des affaires choisies pour la 2e journée !!!!

Les gants HESTRA

logo-hestra.jpg

Il nous a été donné l’occasion de tester 4 modèles de gants:

  1. 1 paire en Merino: Merino Wool Liner Active (70 % merino,30 % polyamide)
  2. 1 paire en cuir simple, la Windstopper Active
  3. 1 paire en cuir et intérieur laine, l’Army Leather Wool
  4. 1 paire de Moufle en cuir et intérieur laine: la ecocuir ventile mitt

hestra-gants.jpg hestra-mouffle.jpg
Alors autant vous dire que ces gants là en cuir, c’est assez exceptionnel au niveau qualité puisque chaque paire est cousue à la main. Et pour faire un gant assez « technique », il y a jusqu’à 109 pièces pour une main (1h30 pour l’assembler). Du coup, ça se paie le prix fort. Genre ils ont un superbe modèle en cuir, mais vraiment magnifique … 300 euros environ !!!
Le représentant, n’est autre que le petit petit fils du fondateur, c’est une histoire de famille, et surtout de passionné. 20% de leur production est destiné aux clubs tant de modèle sont exclusifs.

Mon expérience avec ces gants est très positive, les gants en Merinos, RAS, rien de plus classique. Les Gants cuir légers ne trouvent pas forcément de place dans mon sac de ski de rando car j’ai souvent chaud au main en montée, et en descente j’ai préféré utiliser les gants cuir avec laine intérieure. Ces derniers sont vraiment bons: super grip sur les poignées plastiques des bâtons, hyper confortable, juste ce qu’il faut entre la souplesse et la rigidité. Bref, je les ai gardé ! Quant aux mouffles, je m’en suis moins servi mais beaucoup des personnes présentes les ont également appréciées, surtout en complément des gants légers qui peuvent rentrer à l’intérieur.

En conclusion, de supers gants. Malheureusement leur prix les rendent peu accessibles et leur utilisation est soumise à quelques contraintes d’entretien nécessaire pour le cuir. Mais si vous voulez trouver des sensations de préention assez exceptionnelles, je vous conseille d’essayer, et certainement vous l’adopterez. A noter que pour des conditions ultra humide, le Gore-Tex reste bien supérieur au cuir évidemment.

BERGANS of NORWAY

index.jpg

L’introduction à la présentation de la gamme commence par un truc comme ça: si on a rajouté « of Norway » dans le nom, ce n’est pas pour rien, car si la météo est présentée par de superbes norvégiennes, c’est parce qu’ici on sait ce qu’est une très mauvaise météo – et {{nos vêtements répondent à ce besoin ».

On nous a offert l’occasion de tester un bien joli panel de la gamme (cliquer sur les noms pour voir à quoi ça ressemble et leur spec technique détaillée):

  1. une veste ultra légère windprof: la Active Light Jacket
  2. une veste en Derzamax(TM)NX: Isogaisa Jacket
  3. un pantalon en Derzamax(R)NX: Sirdal Pants
  4. une doudoune: Down Light Jacket
  5. un pantalon alpi/ski softshell: Skifjell Pants (pas de lien catalogue dispo)
  6. un sac à dos « backcountry 30 litres »: le Vikersund
  7. quelques autres accessoires (gourde, popotte, bonnet…

Avec les vêtements au corps Devold (voir ci-dessous), j’ai tout simplement changé mes habitudes vestimentaires en rando. Il va être très difficile de résumer tout dans les détails. Mais ces vêtements là sont, à l’image des gants Hestra, d’une qualité et d’un confort remarquable.

Commençons par la veste ultra légère active light: hyper agréable de par son poids (250gr catalogue en L), mais aussi et surtout par son confort. Le col possède une couche douce, c’est le seul détail qui vient alourdir la veste. Ensuite, il y a des aérations dans le dos pour ne pas faire sauna. Ils la présentent plutôt comme une veste pour le VTT ou l’été, mais à mon sens a toute sa place en ski de rando pour la montée. Par contre, aucune élasticité et si on tire dessus vraiment trop fort, ben ça se déchire. Il n’y a pas eu de cas parmi les testeurs, c’était juste une parenthèse avant de nous présenter leur produit suivant « stretch ».

Le pantalon softshell Skifjell:Coupe très classique, voilà donc le pantalon stretch de la marque. Un peu lourd comme beaucoup de pantalons de ce genre, c’est le vêtement qui m’a le moins marqué de la gamme, les concurrents présentant des produits équivalents à mon avis.

Par contre, là où j’ai été carrément trop emballé, c’est pour la veste et le pantalon en Derzamax. Fini la « raideur » d’une membrane Gore Tex, le confort est hallucinant. Cette membrane 3 couches fabriquées au Japon propose une respirabilité au moins à la hauteur d’une gore tex, si ce n’est plus, et une imperméabilité sans conteste meilleure par rapport à mes références. Mais je le répète, c’est surtout au niveau du confort que tout se joue: un must !
P1050372.jpg
Pour la masse/compressibilité, on reste dans du classique pour des produits gore-tex 3 couches (775gr catalogue en L). Attention cependant, j’ai préféré porter le pantalon avec une couche en-dessous, genre un léger corsaire mérinos.

Ensuite c’est que du bonheur, en température douce, en température fraîche, en montée, en descente…
Comme point négatif, côté pantalon, c’est de ne pas avoir implémenter une fonction serrage au niveau de la ceinture, en scratch par exemple, comme sur le pantalon softshell. Peut-être à cause de la rallonge qu’on peut zipper dessus. Du coup, obligé de porter avec les bretelles pour ne pas se retrouver en allure de freestyler le pantalon à mi-fesses.
Côté veste, le point négatif se trouverait, pour moi, sur le fait de ne pas avoir centrer le zip principal au niveau du menton. Mais pendant l’échange que nous avons eu, certain des testeurs ont trouvé ça génial de ne pas avoir le zip qui viennent gratter ou vibrer sur le menton. Moi j’y vois que je cherchais tout le temps sa place, et qu’il est peut être plus instinctif pour un gaucher 🙂
Enfin, le dernier point noir: Pour le porte-feuille, c’est plus douloureux, et c’est peu de le dire. Est-ce vraiment le prix de la top-qualité pour ce genre de vêtement (plus de 500 euros pour la veste, 300 euros environ pour le pantalon…)? En espérant que vous trouviez la bonne affaire pour pouvoir découvrir et profiter de tels produits.

Pour la doudoune, c’est un classique pour les marques. Tissu en Pertex, col avec couche douce, elle est en duvet 700 cuin (90/10). Pour 380gr (catalogue), rien d’exceptionnel niveau masse. Le nombreux nombre de compartiment empêche un gonflant trop proéminent. Sa housse de compression se fait via une de ses poches. Son atout est son allure passe partout très proche des doudounes synthétiques actuelles. Ce design dans l’air du temps est certainement le fait que ce soit le 2e produit le plus vendu en Allemagne cet hiver.
Par contre, on est loin du niveau d’une marque comme triple zéro en apport de chaleur pour une masse totale comparable. Et puis en condition humide norvégienne, j’aurais peut être préféré une synthétique, mais je ne sais pas si ça en fait son défaut 🙂
Donc très bon produit, mais qu’il faut connaître pour l’utiliser en montagne (problème du duvet et de l’humidité). Dans une vie plus normale d’avant/après ski, RAS.
Très bon point par contre: son prix reste raisonnable comparé aux concurrents (150 euros environ).

Le sac à dos 32 litres. Autant vous dire qu’au début, j’étais quand même très retissant: il est petit pour de la rando, il manque un rabat pour un accès rapide au Reflex, il est trop petit (oui je l’ai déjà dit, mais je l’ai pensé plusieurs fois), il est quand même lourd, c’est quoi ce dos en mousse hyper épaisse, bof le design… en période de recherche d’un nouveau sac à dos pour le ski de rando, j’avais de quoi être critique comme vous le voyez 🙂
Pourtant ce sac s’est avéré au final redoutablement séduisant: au niveau du portage, l’épaisse mousse se fait oublier. Pour l’absence d’un rabat facile d’accès, l’ouverture du dos le remplace efficacement. Son ouverture supérieure principale est très rapide et fonctionnelle, quelques autres poches très pratiques. Et le 30 litres est petits mais tout passe plutôt bien en tassant (avec un Reflex grand angle +1 tele-objectif). Niveau tissu, c’est du très solide (encore heureux vu les 1,6kg catalogue). Ce n’est pas étanche mais la poche principale résiste très bien à l’eau (point d’humidité après une demi-journée sous une pluie dense) .
Pour les points négatifs: l’accroche ski sur le côté (en A). Bien positionné il serait très bien s’il n’y avait pas une sangle « réglable » sur le haut qui s’envolent un peu trop facilement (pas solidaire du sac).
Niveau accessoirisation, 1 porte piolet, et on doit pouvoir bricoler très facilement un portage des skis en diagonale (je ne me suis pas penché sur la question).
Étrangement donc, ce sac au premier abord ne répondait qu’à très peu de mes critère s’est montré clairement au niveau. Après moultes hésitations, je ne l’ai finalement pas gardé en usant du fait que j’avais trop de sac pour le retour en avion, mais il y a encore une pointe de regret.
P1050399.jpgEn conclusion: Bergans of Norway: testé et approuvé !

DEVOLD

logo-devold.jpg
Je termine cet article par la marque locale de la région puisque l’usine d’origine se trouve de l’autre côté du Fjord d’Ålesund. C’est le spécialiste norvégien des vêtements en laine, et en particulier en laine Merinos. Quand je parle de vêtements, certes ils fabriquent des pulls, mais c’est surtout des vêtements 1ère couche, contre le corps et sous-vêtements. Je vous laisse découvrir sur leur site la variété des produits si vous êtes intéressés par une marque « alternative » à la marque néo-zélandaise plus connue en hexagone (en tout cas pour ma part). Pour info, leurs Merinos vient de Tasmanie en Australie et sont fabriqués en Lituanie où ils ont plusieurs usines (et non pas en Chine). Le représentant de la marque nous donne tout un état d’informations supplémentaires que je vais vous épargner, mais ça vaut vraiment le coup de l’écouter, un très bon one man show !

Dans le volumineux pack proposé, je n’ai pas tout essayé car le temps ne se prêtait pas aux couches épaisses. Ainsi, pas essayé le collant épais 100% Merinos par exemple.
Voici donc ceux que j’ai essayé et adopté:

  1. Un corsaire
  2. Un T-shirt expe manche longue
  3. Un bonnet
  4. Chaussettes classiques
  5. Chaussettes « ski »

Dispo mais pas testés car pas assez froid:

Bon je ne vais pas détailler autant que pour les vêtements Bergans. Ils restent plus classiques dans leur technologie puisque l’intérêt de la laine Merinos est connue et reconnue (chaleur même quand elle est mouillée, anti-odeur, naturelle, etc). De cette gamme classique, il y a aussi des vêtements plus techniques, plus sportifs, avec du stretch, moyennant l’ajout de polyamide ou autre « thermocool » intérieur. Mon avis sur ces vêtements est très positif (je connaissais déjà avant), du bon matos, efficace et répondant au critère pour la randonnée. Ce seront les chaussettes qui m’auront le plus étonnées (confort, pas d’odeur après nombreuses utilisations…). Le T-shirt expe même chose car très chaud, je l’ai souvent bien trempé de sueur, mais jamais de sensation de froid, et pas d’odeur insoutenable (pour moi) après 7 jours de rando.

Du coup, si vous allez à Ålesund, je vous conseille de faire un petit contour par l’usine Devold où vous trouverez un magasin d’usine Devold avec tous leur produit à prix très très (très) raisonnables pour du Merinos. Pour info, il y a aussi une boutique Bergans of Norway juste à côté (à prix intéressant aussi). Devold propose aussi un sympathique petit musée sur l’histoire de Devold, entreprise motrice pour la veille d’Ålesund…
P1050482.jpg Imgp2944.jpg Imgp2966.jpg
Devold: un magasin d’usine et petit musée passionnant à côté d’Ålesund

POUR FINIR

Pour finir, si vous avez tous lu, je reviens vraiment ravi de ces tests. Mais ce n’est pas que mon enthousiasme subjectif puisque l’ensemble des testeurs ont très positivement noté tous ces vêtements…
Le marché des vêtements techniques de montagne est très large, très technique (et bien souvent -très- cher). Ces marques scandinaves, assez exclusives dans notre hexagone pour le moment, proposent des produits d’une indéniable qualité. Des alternatives intéressantes pour les passionnés de beaux matériels.

Un commentaire

  1. doune 4 avril 2012