ski rando odyssee

(Antarctique 2012) Départ d’Antarctique…

antarctique_14.jpgLe 20 janvier – Départ d’Antarctique

Salut à tous,
Nous voilà repartis en direction des îles Melchior et de Ushuaïa. Mais nous avons encore vécu quelques moments plus que forts sur la journée d’hier. La météo annonçait deux jours de beau temps et nous avions prévu l’ascension du Mont Nipple avec une traversée de l’île et récupération versant est. Vers 7h00 du matin il neige toujours car ici le beau temps met toujours trois fois plus de temps à arriver que le mauvais temps. On décide donc d’attendre un peu avant de partir et nous ne levons l’ancre que vers 10h00 du matin. Courte remontée du canal de Neumayer, puis dépose somptueuse au pied de parois sur une banquette glaciaire, afin d’accéder au plateau glaciaire donnant accès aux pentes du Nipple. Nous franchissons comme d’habitude de superbes ponts de neige avec des distances maximales entre nous, pour arriver au pied des premières pentes. Après avoir imaginé un itinéraire optimal entre les séracs et les crevasses, nous attaquons la montée dans des pentes plus soutenues. Après un arrêt photo, nous repartons lorsque soudain un bloc de glace se détache d’en haut et déclenche une petite coulée, qui va entrainer une des deux cordées du groupe. Glissade sur une cinquantaine de mètres et plus de peur que de mal tout le monde se relève indemne mais avec une bonne frayeur tout de même. Nous décidons de rebrousser chemin et de finir la traversée de l’île tranquillement sous un soleil radieux.
Pas de sommet aujourd’hui mais les montagnes de l’Antarctique nous ont rappelées qu’ici la vigilance et la prudence sont les maître mots de chaque instant et que rien ne peut être laissé au hasard, mais anticipé. Paradise notre voilier a fait le tour de l’île et nous le voyons arriver au large alors que nous installons un « abalakov » afin de descendre la falaise de glace en rappel ce qui nous permettra d’accéder au rivage. Comme souvent à notre arrivée, un magnifique pingouin nous accueille fier et droit sur son rocher pour une belle séance de photos.
Retour au bateau grâce à notre petite annexe et quelques bonnes bières nous attendent avec une bonne salade ce qui scellera encore un peu plus l’amitié du groupe.
Alors que nous ressassons nos émotions passées de la journée, le cri de « baleine » retentit du pont, et nous nous ruons à l’extérieur avec nos appareils photos, charentaises aux pieds pour la plupart!
La vie est ainsi faite, de peurs et de joies immenses et une magnifique baleine à bosse nous offre un show comme il est rare d’en apercevoir dans une vie de marin alors pour nous montagnards!
Envolée de toute beauté, mouvement de queue magnifique, toutes les figures nous sont offertes avec en arrière plan les montagnes englacées de Anvers Island. La nature est décidément la plus belle chose que nous ayons et que nous nous devons de préserver.
Nous saluons « Moby dick » et rejoignons la base Chilienne où nous mouillerons ce soir.
Un sommet vierge au nord de Andwort Bay était prévu pour le lendemain, mais les nuages du matin nous obligerons à changer d’objectif et à nous rabattre sur le Mont Tenant bien plus modeste mais très beau. Cette année, la météo de l’Antarctique ne nous laisse guère de répit que ce soit avec la météo ou la glace encore très abondante cette année suite à un hiver très rude, le plus froid depuis une quarantaine d’années d’après la base Américaine de Palmer station. Nous n’irons d’ailleurs pas voir le célèbre canal Lemaire, ni skier le Schackleton en raison de la présence trop abondante de glace au sud.
En attendant Juliette notre capitaine en second, nous accompagnera sur notre sommet, nous montrant une fois de plus ses aptitudes certaines au ski de randonnée.
Ce sera pour nous notre dernière sortie en montagne, puisque nous devons remettre le cap sur Ushuaïa, profitant d’une fenêtre météo et de vents favorables et à peu près cléments.
Au moment où j’écris ces quelques lignes nous naviguons vers l’île Melchior avec la neige qui tombe, pour une petite halte, avant de nous lancer à nouveau dans cette traversée mythique et toujours redoutée du passage de Drake.
Nous laissons une petite partie de nous même sur ces montagnes de la péninsule Antarctique les yeux encore éblouis par tant de beauté, et fier d’y avoir laissé quelques belles traces à ski.

A bientôt à Ushuaïa pour un compte rendu de notre traversée en compagnie de nos petits « Damiers du cap » et plus loin du seigneur des airs, l’Albatros bien sûr.

antarctique_12.jpg antarctique_13.jpg antarctique_14.jpg